« Contre-offensive idéologique : cette femme est une fainéante ! | Accueil | Questionnaire du PCF : le Mouton Noir fait ses devoirs de vacances »

Commentaires

J.b

Un petit salut à toi et un aurevoir . J'ai pris plaisir à te lire sur le blog de clémentine autain où un certain claude Madrid ( soutien de Mme royal ) a réussi en me calomniant et m'insultant à me faire censurer ( il semblerait que ce monsieur ait dans sa poche depuis un moment les modérateurs du blog ).
Bonne continuation à toi face à cette fausse gauche .

R . B

Historiquement et à ce jour encore, le mot et son concept : "anticapitaliste"
me paraît bien plus prometteur et bien plus *chargé d'avenir* que le celui de "communiste" dénaturé par les erreurs, horreurs et compromissions de toute sorte accumulées jusqu'à ce jour [ne serait-ce qu'en Chine ou en Corée].

Hormis ceci [qui n'est pas un point de détail], je souscris entièrement à la volonté politique claire et essentiellement conquérante qui sous-tend les objectifs de votre analyse.

Hors cette volonté, point de salut !


Mouton noir

"Anticapitaliste" dit ce que l'on ne veut pas, mais ne précise pas ce que l'on veut. On ne fonde pas un parti sur une opposition à quelque chose, mais sur une proposition politique, en rassemblant les gens qui sont POUR la même chose. Le communisme est un mot qui a un sens, dans lequel je me reconnais, comme beaucoup d'autres. Le fait qu'en son nom des horreurs aient été commises n'enlève rien à ce sens et à ce qu'il représente. Les guerres de religion qui ont ensanglanté toute l'europe au moyen-âge, l'inquisition, le massacre de la Saint Barthélémy, les horreurs de la persécution des Cathares, etc... (la liste serait longue) n'empêche pas un Sarkozy de se revendiquer aujourd'hui "de tradition catholique" ni des millions de fidèles d'aller à la messe. Et ils se disent bien "chrétiens" et non pas "anti-athées" ou "anti-musulmans". Alors pourquoi ne pourrions-nous pas nous dire "communistes" ?

La marseillaise LEP

Allons moutons bien endormi..ii)
le jour d'éveil est arrivé
contre les porcs qui s'enrichissent
désertons les supers marchés
et éteindre pour un jour la boîte à cons
pour taper où ça fait mal..le
la bourse qui est le nouveau graal
qui n'engendre que des misères
et d'où proviennent nos frustrations futiles

AU BOYCOTT CITOYENS
FUYONS LES MAGASINS
AIMONS, AIMONS,
AIMONS NOS PROCHES
ET MERDE A SARKOSY !!

Alain

Je te soumets cette phrase: "Le parti communiste n'est pas à gauche, il est à l'Est". Auteurs: entre autres,André Chandernagor, député de la Creuse, et Guy Mollet, tous deux jadis dirigeants socialstes. Aussi, quand je lis cette proclamation que "le parti communiste n'est pas de gauche", je revois le passé et je crains que l'on se replie encore une fois dans la forteresse où les certitudes ont le goût amer de la déroute. Je préfèrerai lire ceci: parce qu'il est communiste, le parti communiste est au coeur de la gauche, ou bien: pour être à gauche, le parti communiste ne doit pas cesser d'être communiste.Mais on pourrait dire aussi: est-on communiste aujourd'hui comme l'étaient Lénine ou Thorez ? Est-on communiste parce qu'on s'auto-proclame tel ? N'y a-il des communistes qu'au Parti communiste ? Etc. Bref, beaucoup de questions sont posées, et de façons historiquement profondément inédites: à ces nouvelles questions, il ne faut pas apporter de vieilles réponses. Le Parti communiste ne sera jamais plus ce qu'il a été. L'horizon a changé, le communisme actif doit changer aussi.

Mouton noir

Alain : fort heureusement, cet article ne se limite pas à son seul titre, volontairement provocateur ! Pour le reste, oui, le PC doit beaucoup changer, tout en restant communiste. A l'approche du congrès, il nous faut maintenant passer aux travaux pratiques et ne pas s'en tenir à des grandes phrases creuses... on y travaille, c'est promis !

Alain

Je comprends bien-et j'espère-que les membres du Parti communiste(dont je ne suis plus depuis longtemps, sans cesser je crois d'être communiste) travaillent aux importantes questions de la définition et de la pratique du "communisme nouveau". Néanmoins, j'ai les plus vives inquiétudes quand je vois que l'on tente de nous faire croire qu'il y a eu un "sursaut" au 2ème tour des Législatives: dans le 63 par exemple, il est évident que la formidable réelection d'André Chassaigne n'a que peu à voir avec la ligne politique du PCF.Idem pour celle de Maxime Gremetz. Idem pour celle d'André Gerin. Et je ne parle qe ce que je connais ! Depuis 1968, et sans discontinuer, le PCF est en déclin de militants et d'électeurs, parce qu'il est en déclin d'idées, de propositions, d'analyses novatrices et constructives. Tout a commencé un certain jour de mai 68 où un certain Georges Marchais dans "l'Huma" a montré d'un doigt ô combien stalinien un mouvement que le PC n'a jamais vraiment compris. A partir de là, la coupure n'a cessé de se creuser entre ce parti et le peuple de France. Le philosoviétisme aveugle (jusqu'au soutien à l'invasion de l'Afghanistan, par exemple) qui a persisté jusqu'à la fin de l'URSS, l'absence de démocratie interne, l'abandon de principes essentiels de l'histoire communiste alors qu'il fallait les actualiser (je pense à la dictature du prolétariat par exemple), le ralliement à la force de frappe sans consultation des militants, le nationalisme latent ("produire français"),et surtout l'absence d'une vision planétaire des problèmes et de leurs solutions,toutes ces causes fondamentales de l'effondrement du communisme en France, sont-ce là des "grandes phrases creuses" ? On ne peut pas se contenter d'incantations magiques, comme par exemple "l'appropriation sociale des services publics et des moyens de production":voilà une vraie phrase creuse, car toute l'histoire du 20ème siècle prouve que cette condition ne suffit pas à réaliser le socialisme ni même à changer la vie des gens.
Amicalement.

Mouton noir

Alain : bien d'accord avec tout le début de ton commentaire. Sur la fin, tout dépend de ce que l'on met derrière le terme "appropriation sociale". Si l'on met "étatisation centralisée et bureaucratique" on a une petite idée de l'un des aspects de l'échec des pays de l'Est. Si l'on met "nationalisation se limitant au transfert de la propriété à l'Etat, sans changement des modes de gestion et des orientations stratégiques" on a une idée de l'échec des nationalisations à la française des années 80. A nous de donner un autre sens à ce terme, qui ne contient pas en lui seul tout le projet communiste, loin s'en faut, même s'il en constitue un axe essentiel.

Michel

Bon article, je suis d'accord pour dire que le communisme ne vise pas la victoire électorale. Reste qu'une politique communiste ne se définit pas uniquement par un positionnement électoral, mais par un programme social et politique large, par un système de références historiques, philosophiques et économiques révolutionnaires. Et en ce sens, le parti qui défend le mieux la position communiste aujourd'hui est Lutte ouvrière. Mais son influence est très faible.
Le manque de luttes sociales puissantes et de conscience socialiste de la majorité des travailleurs font qu'aujourd'hui, il n'existe pas un parti communiste révolutionnaire en France. Mais cela changera plus tard, j'espère.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Utilisation et diffusion

  • Les textes de ce site sont mis à disposition sous licence Créative Commons, sauf mention contraire. En particulier, merci de citer la source : alter-politique.blogs.com

Quelques sites